• ASTROLABO EST HEBERGE MAINTENANT PAR ASTROSURF grâce à Jean-Philippe Cazard.

    Merci à Mathieu, Hervé, Eric, Pierre L., Régis, Jean-Noël, Anthony, Pierre, Jean-Sébastien et Lionel POUR LEUR DON.

Affiché 1 041 fois

Réussir sa mise au point avec le coolpix 4500

Lorsqu’on débute en astrophotographie avec le Coolpix, on est rapidement confronté au problème de la mise au point des clichés.

Ce que je propose est le résultat de mon expérience personnelle et d’autres solutions existent peut être mais pour l’instant cela me satisfait.

1) Le Coolpix doit d’abord être réglé sur l’infini (le bouton montagne) et pour être bien sûr que je suis à l’infini, je passe en réglage manuel de la mise au point et je tourne la molette de 2 crans tout en appuyant sur le bouton montage, l’écran du Coolpix m’indique alors que je suis en mode mise au point manuelle et je vois ceci sur l’écran de contrôle.

 

2) Je fais  une mise au point l’oeil à l’oculaire tout en sachant que cela ne suffira pas pour la photographie en afocal. Je fixe une pince à linge sur le bouton de mise au point.

3) Ensuite, si Jupiter est visible, je fixe le Coolpix à l’adaptateur universel, je l’aligne sur l’oculaire et, avec mon écran de contrôle (à 49€), j’affine la mise au point sur les satellites de Jupiter, sinon j’utilise une étoile brillante ou les cratères de la Lune. On peut aussi acheter un écran LCD de PS1 (mais c’est plus cher). L’avantage également c’est que l’écran LCD du coolpix s’éteint, ainsi la batterie se décharge moins vite et surtout le bruit provoqué par la chaleur de l’écran disparaît.

4) Pour affiner vraiment la mise au point, je me suis bricolé pour 0€ un masque de Hartmann avec le couvercle circulaire d’une boîte de madeleines que j’ai trouvé en grande surface. L’intérêt, c’est que le diamètre du couvercle est le même que le diamètre intérieur du C8. On perce au cutter 3 trous à 120°. J’ai pris comme diamètre le fond d’un verre de cuisine. Il n’y a pas plus simple.

 

Les différentes étapes de fabrication du masque de Hartmann

 

Ensuite je zoome au maximum (4x) et j’essaie d’obtenir, à la place de 3 images décalées, une seule image la plus ponctuelle possible puis je reviens à 1x. Là vous pouvez être CERTAIN que la mise au point est la meilleure. C’est très intéressant notamment en planétaire.

Défocalisé

 

 

 

 

 

 

 

Focalisé

 

 

 

 

 

 

5) Je repère bien la position de la pince à linge (j’utilise des repères avec des morceaux de scotch) car les mises au point en afocal et en visuel sont différentes. J’aurai d’ailleurs besoin de repasser en visuel pour rechercher les faibles objets du ciel profond d’où l’intérêt d’avoir repéré l’emplacement exact du bouton. Néanmoins, grâce aux cercles de coordonnées agrandis, on trouve très facilement l’objet que l’on cherche ainsi on ne dérègle pas la mise au point.

Dernièrement, je n’utilise plus la pince à linge (car avec le masque de Hartmann, je suis très précis et en plus, dans certaines positions du télescope, le poids du bras de levier de la pince à linge dérègle la mise au point) mais juste un petit trait de peinture sur la molette de mise au point. Je vais encore essayer d’améliorer le système de repérage pour éviter de peindre.

Si je suis amené à changer d’oculaire, je recommence tout depuis le point n°3

Enfin, il faut bien s’assurer, avant de prendre le cliché que le Coolpix est centré le mieux possible sur l’oculaire (dans  toutes les directions) car cela peut également provoquer des étoiles floues sur le bord du champ. On peut pour cela faire un cliché sans réduction de bruit à 800iso de quelques secondes pour vérifier que les étoiles sont bien ponctuelles partout.

En règle générale, lorsque je photographie le ciel profond, l’écran de mon coolpix ressemble à ça:

Laisser un commentaire