• ASTROLABO EST HEBERGE MAINTENANT PAR ASTROSURF grâce à Jean-Philippe Cazard.

    Merci à Bernard, Mathieu, Hervé, Eric, Pierre L., Régis, Jean-Noël, Anthony, Pierre, Jean-Sébastien et Lionel POUR LEUR DON.

Affiché 305 fois

Les petites merveilles : Céphée

Deuxième fichier

Petites Merveilles : un coup d’oeil – Céphée
Tom Trusock  10/08

Traduction : P. Henrotay

La version originale de cet article (en anglais) se trouve sur le site de CloudyNights.

Comment, vous ne voyez pas un Roi Le voici le roi, son épouse et leur lézard domestique aussi. Enfin, sa tête en tout cas.

Un document PDF (en anglais) se trouve ici…

A proximité du zénith dans le ciel d’automne, on trouve deux régions impressionnantes de notre galaxie, riches en étoiles et en futures étoiles. Elles sont toutes deux dans la constellation de Céphée (le Roi), qui est voisine du Cygne et de Cassiopée (notamment). Céphée est assez facile à trouver, avec ses étoiles les plus brillantes qui forment une structure assez facile à distinguer, ayant la forme d’une maisonnette d’enfant.

Carte au chercheur, face au nord – à environ 21:30pm début octobre

Au sud de Céphée, on trouve IC1396, une gigantesque pouponnière d’étoiles. Avec environ 2.5 degrés sur 2, cette région HII est une des plus grandes zones de formation d’étoiles du ciel nocturne, et elle occupe environ 16 fois la surface de la Pleine Lune. IC1396 se trouve à environ 3000 années-lumière de votre jardin – et peut-être juste un fifrelin plus loin du mien ;-) – cette zone contient pas mal d’objets intéressants. On y trouvera la Trompe de l’Eléphant (Elephant’s Trunk Nebula, IC 1396a), l’amas ouvert Trumpler 37, les nébuleuses obscures B161, B367, B163, B162, B160, et B365, plusieurs étoiles multiples, et, peut-être le plus impressionnant, la Herschel’s Garnet Star – la variable Mu Cephei.

Centre d’intérêt

Et à propos de Mu, c’est un bon endroit pour démarrer notre tour. Etant une des étoiles les plus remarquables du ciel nocturne, Mu (parfois appelée Erakis ou Herschel’s Garnet Star) se trouve juste au sud d’une ligne qui relie la base de la maison – les étoiles Alpha et Zeta qui sont respectivement de magnitude 2.43 et 3.44.  Intéressant à savoir : Alpha est fort brillante car elle est relativement proche, juste 49 années-lumière, tandis que Zeta se trouve à environ 730 années-lumière.
Mu peut être accessible à l’oeil nu, mais sa couleur orange-dorée est assez évidente avec un petit instrument, et elle est très simple à trouver en balayant le ciel.


Mu Cephei – Dessin de WadeVC

Mu est une supergéante rouge, dont le diamètre fait environ 1650 fois celui du Soleil. C’est une des plus grandes et des plus lumineuses étoiles de la Voie Lactée (à l’heure où j’écris ces lignes, on pense qu’il y en a environ cinq qui soient plus grandes). Mu est aussi une étoile variable, en fait elle constitue le prototype de sa classe. Sa magnitude varie de 3.43 à 5.1 , et sa période est d’environ 800-850 jours (on pense qu’il y a une période supplémentaire de 4400 jours environ).  Sa distance est moins sûre, mais elle fait partie de l’association d’étoiles Cepheus OB2 et pourrait se trouver à quelque 2400 années-lumière.    Mu est une de ces rares étoiles dont le disque peut vraiment être perçu et mesuré. Si on mettait Mu à la place du Soleil, sa surface se trouverait entre Jupiter et Saturne.
Mu approche de la fin de sa vie, et a probablement épuisé son hydrogène, même si on ne peut en être tout à fait certain. Selon Jim Kaler – Professeur émérite d’astronomie à l’Université d’Illinois – « Il y a de bonnes chances que l’étoile soit en train de transformer son hélium en carbone. » Un jour (non, on ne sait pas quand au juste), Mu terminera sa vie en spectaculaire supernova.
Prenez donc le temps d’observer Mu tant que c’est possible ;-)
Au sud de Mu se trouve la pouponnière d’étoiles IC 1396 (également connue sous le nom de Sharpless 2-131).  Et en effet, les longues poses photographiques montrent que Mu se trouve juste à la limite de 1396.
Depuis un site bien noir, parcourez la zone au sud avec un instrument à grand champ (des jumelles de forte puissance ou une lunette sont à préférer) pour situer le région HIII géante. Elle est assez facile à voir dans mes jumelles 15×50 et ressemble un peu à une galaxie vue de face comme M33. J’ai assez facilement pu distinguer une zone d’environ 1 à 1.5 degrés de diamètre  – utiliser la vision décalée, ça aide. J’estime la luminosité de surface comme étant du même ordre de grandeur que certaines parties de M33 ou les bords de M31. Ca ne sera pas simple avec des jumelles de faible grossissement car, en diminuant le grossissement, on diminue le contraste entre l’objet et le ciel voisin. Que ceci ne vous empêche cependant pas d’essayer. J’ai entendu certains observateurs dire l’avoir vue à l’oeil nu sous un ciel noir et transparent. Comme l’objet est étendu et de nature diffuse, vous n’en distinguerez probablement aucun détail, sauf avec un instrument de grand diamètre. C’est un de ces objets qui se prêtent bien aux instruments à grand champ.
Notes de Steve Coe :
IC 1396 10″ f/5 compté une étoile triple et 22 étoiles, une longue chaîne et 12 autres étoiles. Nébuleuse extrêmement ténue à l’est de l’amas, juste visible sans UHC, meilleure avec le filtre, mais toujours faible.

IC 1396 6″ f/6 Maksutov-Newtonian See=6, Ttansp=8 35mm+UHC Très faible, très, très grand, irrégulier, plus lumineux au nord. Cette nébuleuse a une luminosité surfacique très faible.

IC 1396 6″ f/8 S=6, T=8 35mm et filtre UHC montrent un énorme champ de nébulosité qui est plutôt faible, extrêmement grand et diffus.

IC 1396 – Courtesy Eric Africa (SII mapped to Red, H-Alpha to Green, OIII to Blue)

Il y a plusieurs régions dans IC1396 qui sont probablement de plus grand intérêt pour les astrophotographes que pour les observateurs visuels. Le plus fameux est  IC1396a, également connu sous le nom de la Trompe d’Elephant (Elephant’s Trunk Nebula).  IC1396a contient des étoiles jeunes (âgées de moins de 100.000 ans).   Dans l’image ci-dessous, on peut voir quelques étoiles dans la partie supérieure pour lesquelles  la pression solaire a eu le temps de creuser une sorte de cavité, ce qui indique qu’elles sont probablement plus anciennes que leurs consœurs – peut-être 10 fois plus âgées en fait – mais toujours jeunes, au regard des standards stellaires.

IC 1396a – Jacob Bassøe (Copenhague, Danemark)

Au centre de IC 1396, on trouve un petit amas ouvert, visible aux jumelles ou dans les petits instruments  – Trumpler 37.   Consacrez-lui quelques instants et comptez combien d’étoiles lui semblent associées. Je trouve cela bien difficile à dire car on se trouve dans la Voie Lactée. Plus de diamètre amène plus d’étoiles encore et je suis incapable de dire ce qui fait partie de l’amas et ce qui lui est extérieur.  De toute façon, c’est une jolie vue.

La région IC1396 dans Céphée – Notez Tr 37 au centre.  Image de Hunter Wilson

La carte ci-après montre la région d’IC1396 de façon complète, avec plusieurs nébuleuses obscures de Barnard. Ces nébuleuses obscures se révèlent parce qu’elles masquent la vue des objets situés derrière elles. Une des nébuleuses qui se distingue le plus est probablement B163.  Prenez un instant et voyez si vous pouvez la distinguer, bloquant l’éclat de la nébuleuse d’émission. Il y a fort à parier que vous n’y arriverez pas dans des jumelles classiques, et je parie même qu’il vous faudra un filtre UHC – mais vous ne le saurez qu’après avoir essayé.

Vous aurez probablement remarqué que j’ai omis de représenter quelques objets sur les cartes – elles constituent de bons candidats à l’observation avec un petit télescope, mais on ne sait pas tout couvrir. Je les laisse pour vos prochaines recherches personnelles. :)
.

Télécharger Les petites merveilles - Céphée - pdf (124 téléchargements)  – 1 mo

.

source

Laisser un commentaire