• ASTROLABO EST HEBERGE MAINTENANT PAR ASTROSURF grâce à Jean-Philippe Cazard.

    Merci à Bernard, Mathieu, Hervé, Eric, Pierre L., Régis, Jean-Noël, Anthony, Pierre, Jean-Sébastien et Lionel POUR LEUR DON.

Affiché 292 fois

Les petites merveilles : Les Chiens de Chasse

Voici le premier atlas d’une série en provenance de CloudyNights et traduite en français par le GAS.

Petites Merveilles : Canes Venatici
Guide du Mois du Ciel Nocturne
par Tom Trusock

Traduction: P. Henrotay

La version originale de cet article (en anglais) se trouve sur le site de CloudyNights.

Carte d’ensemble

Liste

 

Nom             Type                Taille          Mag    RA                   DEC

Y CaV          Etoile              5.4               12h 45m 24.2s          +45° 24′ 49″
M 3              Globular         18.0′           6.3   13h 42m 27.2s  +28° 20′ 58″
M 51            Galaxy            11.2’x6.9′   8.1   13h 30m 07.8s  +47° 10′ 11″
M 63            Galaxy            12.6’x7.2′   8.5   13h 16m 04.8s  +42° 00′ 24″
M 94            Galaxy            14.4’x12.1′ 8.1   12h 51m 09.4s  +41° 05′ 40″
M 106          Galaxy            18.6’x7.2′   8.3   12h 19m 14.9s  +47° 16′ 50″
NGC 4449   Galaxy            6.2’x4.4′     9.4   12h 28m 28.1s  +44° 04′ 06″
NGC 4490   Galaxy            6.4’x3.2′     9.5   12h 30m 52.8s  +41° 36′ 57″
NGC 4631   Galaxy            15.2’x2.8′   9.0   12h 42m 24.2s  +32° 30′ 51″

Le défi

Nom         Type              Taille         Mag   RA                   DEC
HCG68       Galaxy Cluster                  11.8  13h 53m 39.1s  +40° 16′ 29″

Carte de repérage de la constellation

Canes Venatici, les Chiens de chasse, est une constellation plutôt petite et peut-être difficile à trouver. Flanquée d’Ursa Major (la Grande Ourse) et de Bootes (le Bouvier), la constellation se situe dans une section quelque peu vide du ciel nocturne. Les Chiens de chasse ont été considérés comme les compagnons animaliers du Bouvier depuis au moins plusieurs centaines d’années, mais la constellation n’a pas été considérée de façon individuelle avant la fin du 17e siècle, lorsque Hevelius dénomma (et peut-être les sépara de leur constellation « parente ») ces chiens célestes Asterion et Chara.
L’étoile probablement la plus impressionnante dans les Chiens de chasse est Y Canum Venaticorum. Aussi appelée La Superbe, c’est une étoile variable dont la magnitude varie entre 4.7 et 6.2 sur une période de 158 jours. Ce qui la distingue encore pour l’observateur amateur, ce sont ses couleurs vives. Située à environ 700 années-lumière de nous, c’est une des étoiles carbonées les plus brillantes du ciel nocturne, et elle montre une couleur rougeâtre évidente avec les moyens d’observation les plus élémentaires.
S’il est assez inhabituel de trouver des amas ouverts si loin du plan de la Galaxie, il y en a un dans les Chiens de chasse –  Upgren 1 (RA 12h 35m, DEC +36 degrés, 17 minutes) .  Phil Harrington dans « Touring the Universe Through Binoculars » attire notre attention sur un groupe d’une dizaine d’étoiles se trouvant à cinq degrés au sud-ouest de alpha. A une distance de seulement 380 années-lumière, Upgren 1 est un des plus anciens amas connus. Au cours des derniers 3 milliards d’années, le nombre d’étoiles de Upgren 1 a diminué lentement pour atteindre le nombre actuel – le reste  s’étant éparpillé au cours du temps.  Upgren 1 a été identifié pour la première fois par Rubin and Upgren in 1965.
Il y a également un amas globulaire dans les Chiens de chasse : le brillant  objet de Messier M3.
M3 forme un des sommets du triangle droit formé par Alpha Canum Venaticorum et Beta Comae Berenices. Il est facilement visible dans un modeste chercheur  ou des jumelles et apparaît comme une étoile floue de magnitude 6. Les petits télescopes, utilisés aux grossissements moyens ou importants, sont en général à même de résoudre quelques étoiles individuelles situées au pourtour de l’objet et font apparaître une structure granuleuse à partir du centre de cet objet globulaire assez compact. De plus grandes ouvertures vont permettre une meilleure résolution. Curieusement, mes notes d’observations avec une lunette apo de 4″ attribuaient une teinte jaunâtre à pas mal d’étoiles de l’amas globulaire lors d’une nuit particulière, mais ceci uniquement à de faibles grossissements. Jetez un oeil et donnez-moi votre avis.


M3 image de Gary Blevins

Tout ceci est bien beau (ok, peut-être même spectaculaire, dans le cas de M3), mais là où les Chiens de chasse excellent, c’est dans les objets extragalactiques. Il y a au moins 367 quasars dans Canes Venatici (le plus lumineux étant de magnitude 15.2, il n’y a guère de raison d’y penser comme objectif pour nos petits télescopes d’amateurs), des milliers de galaxies (une recherche rapide dans les catalogues habituels en montre 21615), et au moins 87 amas de galaxies Abell ainsi que deux  Hicksons (68 et 70).
Aussi, on ne sera pas surpris que le reste des objets proposés ce mois soient ou des galaxies ou des amas de galaxies.

Commençons par un qui est facile à trouver  – NGC 4490.
En fait, ce que vous regardez est ici un couple de galaxies en interaction – 4490 ET 4485.  Aussi appelé le Cocon, cet objet se trouve à moins d’un degré ONO de Beta Canum Venaticorum.  La plus grande des galaxies est aussi la plus brillante, étant de magnitude 9.5, alors que 4485 est de mag
nitude 11.7.  Ainsi il est tout à fait possible que, selon de la taille de votre télescope et les conditions d’observation, vous ne puissiez pas distinguer 4485.
Cet objet m’est toujours apparu comme soumis à une séance de torture. Même dans les petits télescopes, il y a toujours pas mal de détails à voir. Passez quelque temps à observer avec des grossissements modérés, et tâchez de visualiser des structures – en particulier dans la région entre les deux galaxies.


NGC 4490 image de Carl Burton

Ensuite jetons un oeil sur M94. C’est une spirale vue de face, lumineuse et intéressante. On peut discuter des détails qu’il est possible d’y voir ou non avec un petit télescope.
La caméra de Schmidt de 48″ située au Mont Palomar a montré dans ses photographies un faible anneau qui entoure l’ensemble de la galaxie – apparemment déconnecté d’elle. Je n’ai jamais vu la moindre trace de ceci dans aucun télescope, quel que soit son diamètre. Mais O’Meara pense qu’il a pu l’observer avec son petit télescope, depuis les ciels purs de Hawaii.  Prenez une minute ou deux à balayer la surface de M94, en déplaçant le télescope tout en observant à de faibles grossissements..
La plupart d’entre nous verront probablement juste une galaxie relativement brillante, quelque peu irrégulière, qui exhibe un noyau quasi stellaire – mais on ne sait jamais : tant qu’on n’a pas essayé…
Ensuite nous rencontrons NGC 4449.
Découvert par William Herschel en 1788, 4449 est une galaxie naine remarquablement similaire à « notre » propre Grand Nuage de Magellan, et ressemble visuellement à un rectangle irrégulier. Sa population d’étoiles est assez jeune, et les astronomes pensent que beaucoup d’étoiles que l’on retrouve dans la formation des barres des galaxies ne sont pas plus vieilles que cinq millions d’années.
Dans l’image DSS, just à côté de l’extrémité nord de la galaxie, vous noterez une formation en coin bien définie. C’est une des régions HII de la galaxie. Les régions HII sont des régions actives dans la formation d’étoiles.
Si possible, prenez quelques minutes et inspectez cet objet avec des télescopes d’ouvertures diverses et prenez note des différences observées.

Pouvez-vous identifier l’étendue de la zone HII ?
Notre dernière galaxie dans cette région particulière est M106. Depuis les années 50, cette galaxie est connue comme émetteur radio, mais ce n’est qu’en 1994 qu’une équipe de radioastronomes a confirmé l’existence d’un trou noir près du noyau de la galaxie.
M106 se trouve à quelque 22 millions d’années-lumière de nous, et offre un spectacle intéressant pour l’observateur patient. Même dans un petit télescope, des éléments de la structure de la galaxie sont discernables – voyez si vous pouvez identifier une (voire trois) courbe(s) en forme de S, bien cachée(s) au sein de cette galaxie active.
M106 a été une leçon personnelle pour moi dans la chasse aux comètes. Il y a des années, je parcourais la région et suis tombé sur cette galaxie. Tout en étant déçu qu’il ne puisse y avoir de comète Trusock, je dois admettre que ma découverte personnelle de M106 m’a donné des frissons pendant quelques moments.
NGC 4631 – le Hareng ou la galaxie Baleine est un autre objet favori de cette époque de l’année. Cette grande galaxie, vue de côté, est un bel objet pour quasi tous les télescopes, quel que soit leur diamètre. Je la note « très jolie » dans mon 4″, et comme toutes les galaxies, elle est fort spectaculaire dans un grand instrument.
Dans un télescope de plus grand diamètre, cherchez à mettre en évidence des marbrures et comme des encoches sur un des côtés puis notez la position du bulbe central.  Avec de plus grands télescopes, vous serez peut-être à même d’identifier la galaxie qui l’accompagne, et qui est montrée sur l’image.

M63 – la galaxie Tournesol – a été découverte par Pierre Mechain – il est intéressant de noter que c’est en fait la première contribution de Mechain au catalogue de Messier. Mechain a observé cette galaxie le 14 juin 1779. Située dans le même groupe que M51, M63 se trouve à environ 23 millions d’années-lumière de nous (les valeurs diffèrent selon les sources). Visuellement, dans un télescope de 4″, je vois un extérieur un peu graineux, un noyau plus lumineux et des indices de structure de bras, non résolus. Une étoile à l’avant-plan est visible juste au bord de la galaxie.


M63 image de Jim Thommes

M51 – le Tourbillon – a toujours été un de mes objets favoris. Je suis situé au 43e parallèle, cette galaxie est donc visible pour moi une bonne partie de l’année. Mais il ne faut pas nier que c’est à la fin du printemps/au début de l’été que la galaxie se trouve dans la meilleure position pour l’observation. M51 se trouve à quelque 15 millions d’années-lumière, et sa magnitude est estimée à environ 8.1. La structure spirale de M51 a probablement été observée pour la première fois en 1845 par Lord Rosse alors qu’il observait de son château de Birr, en Irlande, avec son télescope de 72″ pouces – le Leviathan de Parsontown.
M51 est en réalité un système de galaxies en interaction – NGC5195 est l’autre composante et elles sont connectées par un pont d’étoiles. Il y a débat quant à la visibilité et à l’existence de ce pont. J’ai entendu certains prétendre que c’était une illusion photographique sans existence réelle, et pourtant il me semble bien réel. J’ai vu des indices de ce pont dans des télescopes aussi modestes que des 4″ d’ouverture. Il faut d’excellentes conditions pour bien l’observer, mais c’est un de ces objets que je regarde presque à chaque séance d’observation à cette époque de l’année.


M51 image de Brian Ottum

J’ai vu des indices de la structure en spirale dans des instruments aussi petits que 4″, mais rien de vraiment spectaculaire dans des télescopes de taille inférieure à 8-10 pouces. Je me rappelle très bien une nuit vraiment transparente avec mon vieux 10″ où les bras étaient facilement visibles. Un télescope de 15″ ou 18″ montrera une structure en spirale dans presque toutes les circonstances, et j’ai pu récemment l’observer dans un 25″ sous un ciel très noir. Dans le télescope de 25″, les bras prennent un aspect très bien défini et sont facilement visibles en vision directe. J’ai constaté qu’avec les instruments de 15″-18″, les objets commencent à ressembler réellement à ce qu’on peut voir avec des poses photographiques. Dans le cas de M51, c’est certainement vrai – même si, à mon avis, une observation visuelle est bien plus frappante.

J’ai trouvé que (comme toutes choses) la vision des détails des bras spiraux dépend des conditions d’observation et de l’expérience de l’observateur – ne désespérez pas si vous ne voyez pas de détails à votre première, deuxième voire 12e observation. Mettez cette galaxie sur votre liste d’objets vers lesquels vous retournerez indéfiniment – celle-ci plaît à une foule de gens – et de fame
use manière.

Ne croyez pas cependant qu’il faille un grand télescope pour identifier M51 – certainement pas. Je l’ai vue au travers de jumelles de plusieurs tailles et dans de petits télescopes (moins de 4″) également.


M51 image de John Crilly

Un objet-défi : Hickson 68
Voici un bon défi pour un télescope de taille moyenne. Cet objet de Hickson a 5 composantes: dont 3 de magnitude 11 : NGC 5353, NGC 5354, NGC 5350, NGC 5355.
Les 3 plus lumineuses, 5350, 5353 et 5354 devraient toutes être visibles depuis un site relativement noir avec un 8″, et peut-être même relativement facilement dans un 6″. Mon vieil ami Ron B(ee)’s a réussi à voir ces trois-là dans sa lunette TV102 de 4″.
5355 et 5358 cependant, sont toutes deux de magnitude 13 et exigeront probablement un télescope bien plus grand.
Il y a bien d’autres objets intéressants dans Canes Venatici, que nous ne couvrirons pas ce mois. Quelques objets assez jolis à chercher encore : NGC 4111, NGC 4143, et NGC 4244.
Pensez à m’envoyer vos observations par e-mail.
Bien du plaisir !

.

Télécharger Les petites merveilles : les Chiens de Chasse - pdf (137 téléchargements) – 618 ko

.

source

Laisser un commentaire